LE MEILLEUR ZINE DE MARDE

OKAY?

King Dave (à marde)

J’suis allé au cinéma Beaubien y’a pas long. Déjà, ça part mal. Quelle place de marde. Un esti de cinéma pour mononcles et matantes qui passent toute la panoplie des navets français pis des films québécois quétaines sur les relations père-fils en région. Fuck le Beaubien. Mais bon, ce fois là j’étais là pour voir King Dave, le dernier film de fucking Podz à marde.

Le film est basé sur un monologue de théâtre (un art aussi mort que la carrière de Marie-Chantale Toupin) par Alexandre Goyette. Ça suit le personnage dans des mésaventures causées par son impulsivité et sa moronnerie générale. Il était au début de la vingtaine quand il a écrit et joué le texte sur scène. Maintenant il a quinze ans de plus et il joue le même personnage. C’est fucking weird de voir un dude de 38 ans chiller dans des partys les figurant-e-s ont 18 ans pis de parler comme un ado attardé.

Le petit criss de Podz à marde a été comme ben ambitieux quand y’a préparé l’adaptation pis il s’est dit que ce serait malade de faire le film en un criss de long plan-séquence. C’est original si on tient pas compte du fait que ça vient d’être fait y’a 2 ans par le film qui a gagné les Oscars et que Hitchcock l’a déjà fait en fucking 1948 avec The Rope. Anyway, la forme c’est pas le contenu pis quand t’as rien que ça comme pitch pour ton film, y’a des chances que tu fasses de la marde.

C’est pas tout, c’était crissement choquant comme film en plus. Genre, fucking raciste. Tous les méchants sont noirs, mais ça, c’est pas la première fois que ça arrive. Dans ce film là, on se gène pas. Y’a une gang de jeunes ‘dividus de race noire (c’est une référence à Claude Poirier, en passant) qui, à leur première apparition, écœurent une vieille madame dans l’autobus. D’emblée, ils sont présentés comme des sauvages avides de violence gratuite, mais, en plus, y’en a carrément un qui s’accroche en se balançant sur les poteaux comme un singe. What the fuck Podz, what the fuck… Un criss de carton rouge sur celle-là.

Pis c’est encore pas tout calisse. C’est crissement de mauvais goût esthétiquement en plus. Un moment donné, le personnage se fait casser la gueule (par des noirs bien sûr). Vu que c’est un long plan-séquence, y’a pas de maquillage faque on voit pas ses blessures. Y’a juste deux bouts on les voit quand il se retourne pis (tabarnaque, ça me fâche rien que d’y repenser) ils lui ont crissé des plaies en CGI dans la face. Les effets spéciaux sont tellement cheaps qu’on dirait que les plaies flotte sur sa face. Osti que c’est laid. À la fin du film, il passe un bout en prison pis pour montrer que le temps a passé, ils lui ont foutu une barbe en fucking CGI qui flotte dans sa face… Tabarnaque Podz

Comme vous l’avez deviné, je n’ai pas aimé ce film. C’était vraiment de la criss de bouette de haute voltige. Le pire, c’est que le film a eu fucking beaucoup d’attention médiatique et a fait l’ouverture de Fantasia à cause du défi technique du plan-séquence. La forme, on s’en criss quand ton film est vide, raciste, laitte, plate et chiant. Podz, t’es une marde pis tes films sont de la marde. Retourne donc faire des ostis de séries télé de police que j’regarderai pas, criss de mange-cul.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Information

This entry was posted on August 31, 2016 by in Uncategorized.
%d bloggers like this: