LE MEILLEUR ZINE DE MARDE

OKAY?

ÊTRE VÉGÉTARIEN-NE, ÇA FAIT CHIER

Ça y est. C’est la nouvelle année. Les buveurs et buveuses sociales se relèvent de leur brosse annuelle où c’qui ont fait des conneries pis y prennent des résolutions stupides qu’illes tiendront pas. Y’en a une couple qui vont s’acheter un abonnement au gym, d’autres qui vont pas fumer pendant six jours pis encore quelques un-e-s qui vont changer leurs habitudes alimentaires. Ça adonne ben pour les p’tits poulets que la viande ait été déclarée cancérigène juste avant les fêtes pis que 2016 soit l’année internationale des légumineuses parce que les moron-e-s vont peut-être être tenté-e-s de remplacer le baloney par des lentilles et ainsi sauver la planète et protéger leur colon du cancer. Pis là, il faut que je vous avoue que moi itou ça m’est déjà arrivé d’avoir des bonnes intentions en début d’année (on est tou-te-s caves des fois) pis de slacker le creton au profit du pois chiche.

Cette année-là, je commençais à découvrir l’anarchie pis j’avais le goût moi aussi d’être le plus de gauche possible et j’avais pris ben des mesures pour y parvenir. J’avais lu des affaires qui m’expliquaient pourquoi le travail c’est d’la marde, fait des graffitis politiques, écouté des bands anarchistes, composté des déchets, chié dans de la paille, mis des patches sur mon linge et fait pleurer ma mère en lui apprenant fièrement que je mangeais des vidanges. J’avais itou décidé de “devenir végétarien”. À l’époque, ça signifiait surtout de me nourrir d’hummus Fontaine Santé trois fois par jour parce que j’avais aucune idée à quoi ça pouvait ressembler une vraie diète végétarienne. Croyez-moi, croyez-moi pas, je travaillais même dans ce temps-là dans un steakhouse. C’était conséquent en tabarnak mon affaire.

Fait que là, un jour, j’ai décidé de me cuisiner une soupe de lentilles. J’avais pas trop idée des proportions qui pouvaient être décentes fait que mon lunch ressemblait à une bouette ben ben dense. J’ai passé tout ça au blender pis je l’ai calée comme un rien. C’était bon, y’avait pas de viande, j’étais de gauche. Cet après-midi-là, j’allais travailler dans mon steakhouse de marde pis j’ai eu l’occasion de me trouver cave en tabarnak. Ma job, c’était principalement de couper des fesses de bison pour en faire du tartare pis ça adonnait cette fois-là que j’avais 5 fucking kilos de viande à tailler. Dès que je me suis attablé à la tâche, les lentilles ont commencé à faire des siennes dans mon estomac. Criss de tabarnak que ça remuait dans mon ventre. Les lentilles ballonnaient tellement dans mon corps que j’avais l’impression d’être un volcan de p’tite vache-vinaigre en ébullition. Je coupais le pauvre bison en pensant à sa misérable vie de marde que j’étais vraiment pas en train de sauver avec ma soupe de lentilles de cul en effervescence dans mon ventre pis je pétais aux deux minutes mais c’était pareil pas suffisant pour que mon corps aie pas l’air d’une balloune à l’hélium.

Ça fait que j’t’allé chier punché une couple de fois dans ma soirée de job en me disant que je mangerais plus jamais de ces cochonneries de lentilles de marde, qu’être végétarien ça puait le tabarnak pis que c’était très inconfortable. En éjectant mes lentilles au milieu d’un torrent de pets, j’ai conclu que prendre des résolutions de gauche, ça fait chier.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Information

This entry was posted on February 6, 2016 by in Uncategorized.
%d bloggers like this: