LE MEILLEUR ZINE DE MARDE

OKAY?

LE JOURNAL DE MONTRÉAL

Le journal de montréal

Le Journal de Montréal constitue habituellement ma source principale d’humour, de plaisir, d’inspiration et de cynisme. Cette merveilleuse publication m’est livrée quotidiennement au pied de la porte avant. À tous les matins, je me lève avec l’extase d’enrichir mon esprit de photos d’accidents de voiture, de chroniques islamophobes, de meurtres, de l’horoscope du jour, d’annonces de chars pis de potins de vedettes.

Ce qui me fait généralement tripper le plus, c’est les cahiers spéciaux sur les tragédies ou les attentats terroristes. C’est toujours plein de photos, d’informations inquiétantes concernant le passé du tueur et d’opinions construites et pertinentes rédigées par Richard Martineau. Je capote ben raide, j’en fais même une collection.

Par contre, cet été fût particulièrement plate : aucune explosion, aucun scandale de masturbation publique ou de maire qui consomme du crack. Y’a juste eu une tuerie par un raciste dans une église, mais ça y’en ont moins parlé dans Le Journal parce que c’était pas trop vendeur. En ce moment, y’a la crise des migrant-e-s mais, à part la photo du flo mort sur une plage, y’a presque rien. C’est comme trop complexe pis on dirait qu’ils se gardent une p’tite gêne pour nous faire un beau cahier full double page.

On est même en élections pis il se passe fuck all. C’est pas aussi drôle que d’habitude cette affaire-là. J’pensais qu’avec le magnifique Justin Trudeau, le grand Stephen Harper et l’éblouissant Thomas Mulcair nous aurions droit à une saga aux milles émotions, sursauts et rires. Hélas, cette campagne est fucking dull et longue.

Faque, j’me suis mis à suivre suivre Fox News pis la campagne à Donald Trump à la place. Ça c’est hot. Fox News ne niaisent jamais avec la puck : le spectaculaire y prend une autre dimension, la politique y est un roman-savon et on est bombardé-e-s d’histoires de soldats combattant pour la Liberté, d’histoires de policiers qui font des affaires gentilles et de drapeaux américains. Fuck yeah.

Et Donald Trump… Ce demi-dieu semble être descendu des astres pour nous divertir par ses mille et une déclarations plus rocambolesques les unes que les autres. Je ne peux me rassasier de son génie politique, de son verbe éclatant et de son regard perçant. Sa grandeur jette une ombre profonde sur la platitude de nos politiciens locaux. Son populisme fait même rougir Richard Martineau. S’il ne devient pas président du monde, donnez-lui une chronique au Journal de Montréal.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Information

This entry was posted on September 26, 2015 by in Uncategorized.
%d bloggers like this: